Dans mon précédent article, j’ai parlé de certaines améliorations techniques qui ont été intégrées à vSphere 7 pour améliorer la qualité de services offerte par la plateforme aux charges de travail.

Avec vSphere 7, l’objectif est de répondre à la demande croissante en performance des charges de travail en améliorant les différentes technologies introduites par VMware dans les années passées. Aujourd’hui, dans un monde très concurrentiel, les performances des charges de travail ont un impact sur la productivité des entreprises.

La vMotion a donc était repensé pour répondre à ce challenge.

Fonctionnement de vMotion dans vSphere 7

Pendant une migration vMotion, chaque modification de la mémoire est surveillée avec un système appelé “Page Tracer”. Ce système est installé dans chaque vCPU alloué à la machine virtuelle, ce qui cause des impacts signifiants sur leur performance.

Avec vSphere 7, ce système est optimisé en utilisant uniquement un seul vCPU pour réaliser le “Page Tracer”. Ce qui permet donc d’avoir un très faible impact de performance au niveau de la machine virtuelle.

Pendant la dernière phase qui permet de réaliser le switch-over d’un ESXi vers un autre, les derniers bitmap (tableau de données binaire) sont donc transférés. Dans les versions précédentes, tout le tableau bitmap est transféré, ce qui posait d’énormes problèmes de performance sur les machines virtuelles qui disposent d’une très grande quantité de mémoire. Aujourd’hui avec vSphere 7, seule une version compactée du tableau bitmap est transférée. Ce qui nous permet pour une machine de 24TB par exemple d’avoir un switch-over de 175ms au lieu de 2s !

Pour résumé, un comparatif entre vMotion dans les versions précédentes et vMotion dans vSphere 7 !