INTRODUCTION

Aujourd’hui, la sauvegarde des systèmes informatiques est primordiale pour une entreprise de petite comme très grande taille. Il est donc obligatoire pour celle-ci de mettre en place des mécanismes qui lui permettent d’assurer une récupération de données en cas de problème plus au moins grave. Au jour d’aujourd’hui, beaucoup de solutions existent, certaines gratuites et d’autres payantes.

Certaines solutions se contentent de copier simplement les fichiers d’un espace de stockage vers un autre, mais dans un environnement virtualisé il est nécessaire d’utiliser des outils intelligents, c’est-à-dire des outils qui permettent de sauvegarder des machines virtuelles en fonctionnement et qui contiennent des snapshots, de proposer des solutions de réplications de données pour avoir une synchronisation entre la donnée actuelle en fonctionnement avec celle déjà sauvegardée, des fonctionnalités pour réduire au maximum l’impact de la sauvegarde des VM en compressant les données ou en réalisation des sauvegardes incrémentales pour réduire l’impact de la volumétrie des données et réduire ainsi les couts (Disque, serveur, maintenance….).

Il existe à la date où j’écris cet article un produit leader de longue date sur le marché de la sauvegarde de système informatique virtualisé qui se nomme VEEAM.

Depuis ces dernières années, un autre acteur avec des prix très attractifs qui se nomme NAKIVO a réussi à s’imposer face à VEEAM en offrant des fonctionnalités équivalentes, mais plus riches et surtout plus simples. 

De plus NAKIVO Backup supporte la sauvegarde de la version gratuite de l’hyperviseur ESXI contrairement à VEEAM BACKUP. Merci @Stéphane Pautrel

La simplicité et telle que sur le site officiel de NAKIVO nous pouvons apercevoir une démonstration de l’installation de NAKIVO, la configuration et la programmation d’une tache de sauvegarde le tout en 2min !  Et vu que je suis quelqu’un qui aime tester de nouvelles choses, je vais donc vous montrer comment l’installer et le configurer pour lancer une première sauvegarde d’une VM hébergée sur un de nos ESXI qui lui est gérée par un vCenter.

Un autre avantage de NAKIVO est qu’il peut être déployé sous plusieurs formes (4).

  • La 1re, la plus classique est le déploiement d’une Appliance virtuelle sous forme d’une VM préconfigurée par NAKIVO composée de tout le nécessaire pour avoir un environnement de sauvegarde prêt à l’emploi.
  • La 2e, l’installation se fait à l’aide d’un installateur disponible pour Windows (.exe) et Linux (.sh)
  • La 3e, sous forme d’instance Amazon AWS EC2.
  • La dernière, l’installation à l’aide d’un package disponible pour différentes marques de NAS (QNAP, ASUSTOR, WD myCloud et SYNOLOGY)

Ma préférée de ses 4 façons ?  C’est bien sûr la dernière 🙂 devinez pourquoi …

Étant un grand fan des NAS, mais plus spécialement des NAS SYNOLOGY et leur système d’exploitation DiskStation Manager (DSM) qui offre énormément de fonctionnalités pour les amateurs de stockage de film, de séries et d’autres futilités 🙂 , mais aussi pour les professionnels qui ont besoin de mettre en place des LUN ISCSI, un partage NFS, serveur DNS, DHCP, Active Directory, mail, etc.

L’objectif est donc d’exploiter le SYNOLOGY au maximum en utilisant sa capacité de stockage ainsi que sa capacité d’exécution de package pour avoir un équipement tout-en-un (AIO). Et ainsi nous éviter de déployer un autre équipement ou VM dédiée à l’exécution de sauvegarde. On gagne ainsi de la ressource, on réduit les maintenances et aussi les coûts.

Un dernier point : la version gratuite de NAKIVO Backup & Réplication offre énormément de fonctionnalités et moins de limitation comparée à celle de VEEAM Backup & Réplication.

PRÉREQUIS.

1 – INSTALLATION DE NAKIVO SUR SYNOLOGY

Dans un premier temps, il est nécessaire de baisser le niveau de confiance pour pouvoir installer le paquet de NAKIVO sur notre SYNOLOGY. Pour cela aller dans Paramètres > Général et cocher la case “N’importe quel éditeur” pour le niveau de confiance.

Aller dans “Installation manuelle“, puis sélectionner le paquet de NAKIVO au format SPK. Cliquer ensuite sur Suivant.

Accepter les termes de la licence.

Cliquer ensuite sur Appliquer

Une fois l’installation terminée, cliquer sur l’icône NAKIVO pour lancer l’outil.

L’outil se lance à l’adresse https://XXX.XXX.XXX.XXX:4443 les XXX correspondent à l’adresse IP/Hostname de votre SYNOLOGY

2 – CONFIGURATION DE NAKIVO

Avant de pouvoir l’utiliser, il est nécessaire de configurer l’outil pour qu’il puisse s’interfacer avec notre hyperviseur. Pour cela cliquer sur Add News > VMware vCenter or ESXI host

Renseigner les informations d’authentifications de votre ESXI ou vCenter.

Il est nécessaire d’avoir un “Repository” dans lequel nos sauvegardes seront stockées. Pour cela, cliquez sur “Add Backup Repository” > “Create new backup repository“.

On donne un nom à notre “Repository” ainsi que son chemin.

3 – CRÉATION DUNE PREMIÈRE TACHE DE SAUVEGARDE

Pour créer une première tache, on clique sur “Create” > “VMware vShpere backup job

On sélectionne les VMs à sauvegarder.

On sélectionne notre “Repository” comme destination du stockage

Pour notre test, on coche “Do not schedule, run on demand“.

On laisse les paramètres par défauts pour la rétention.

Dans la dernière partie, n’oubliez pas de mettre “Network acceleration” en Enabled.  Cliquer ensuite sur “Finish & Run” puis sur “RUN

Voilà, on voit bien que notre tache de sauvegarde s’est lancée avec un joli écran qui nous permet de suivre l’état de celle-ci de façon simple.

Voilà donc comment sauvegarder de façon très simple des VMs hébergée sur un ESXI et gérée par un vCenter à l’aide de NAKIVO pour SYNOLOGY.